‘Cancer Alley’ reçoit plus d’attention, mais les communautés demandent une action ferme | Environnement

Ce n’était pas une visite en bus que l’on trouve habituellement dans les guides touristiques de la Louisiane – mais encore une fois, le visiteur de l’Arizona n’était pas là pour admirer les fanfares de gumbo et de cuivres.

“Certaines communautés ne devraient pas avoir le fardeau de porter le danger pour le reste des communautés”, a déclaré le représentant américain. Raul Grijalva, un démocrate de l’Arizona qui propose un projet de loi au Congrès pour répondre aux préoccupations en matière de justice environnementale. Il a parlé avant de monter dans le bus il y a environ une semaine pour passer devant des usines industrielles de la région appelées “Cancer Alley”.

La visite de Grijalva était indépendante des efforts de la Maison Blanche en matière de justice environnementale. Mais c’était un autre signe de l’attention accrue portée à la question depuis l’entrée en fonction du président Joe Biden.

L’Agence américaine de protection de l’environnement sous Biden a accordé ce que certains ont décrit comme une grande attention aux questions de justice environnementale, y compris en Louisiane. Le terme fait largement référence à une campagne au nom des résidents des communautés à faible revenu et noires qui ont supporté de manière disproportionnée le poids de la pollution.

Mais alors que les personnes qui ont passé des années à défendre ces communautés disent qu’elles apprécient les efforts déployés jusqu’à présent, elles craignent également que cela ne se traduise pas par suffisamment d’actions concrètes.

La Louisiana Chemical Association, quant à elle, s’est plainte d’avoir été exclue des discussions menées par le chef de l’EPA, Michael Regan, qui s’est rendu dans l’État pour souligner la justice environnementale en novembre, et affirme que les usines ont considérablement réduit les émissions au cours des dernières décennies. L’association affirme également que les contributions économiques de l’industrie ont tendance à être négligées dans de telles discussions.

Les actions impliquant la Louisiane prises jusqu’à présent par l’EPA sous Regan, le premier homme noir à diriger l’agence, comprennent une enquête sur deux départements d’État sur l’octroi de permis d’usine. Regan a également annoncé une série de mesures liées à la surveillance de l’air et d’autres mouvements à Mossville dans le sud-ouest de la Louisiane, St. Jean et St. James paroisses et le quartier Gordon Plaza à la Nouvelle-Orléans.

Au-delà de cela, une proposition de règlement des poursuites contre l’EPA pourrait réduire davantage les émissions toxiques de Denka Performance Elastomers et d’autres usines en Louisiane. Pourtant, des membres de la communauté de l’État disent que beaucoup de leurs préoccupations restent sans réponse.

“Si vous voulez le développement économique, rendez-nous justice d’abord”, a déclaré Joy Banner, co-fondatrice de The Descendants Project. Le groupe s’est battu contre les projets d’un énorme élévateur à grains dans la communauté de Wallace à St. Paroisse Saint-Jean-Baptiste, où Grijalva a visité. “Le développement économique se produit lorsque vous avez un système juste.”

“Niveau sans précédent”

La récente visite en bus a commencé à la Whitney Plantation, située au milieu des champs de canne à sucre à St. John Parish, qui se concentre sur le récit de la réalité brutale de l’esclavage. Au-delà de Grijalva, une gamme de rayons à la plantation, dont Banner et Russel Honoré, le lieutenant général à la retraite qui dirige maintenant le groupe environnemental de l’Armée verte.

La ligne de bus traversait l’usine Atlantic Alumina de l’autre côté de la rivière depuis la plantation, une grande partie de l’installation était tachée de rouge à cause de la bauxite. Les militants du Louisiana Environmental Action Network affirment que le site est le plus grand émetteur de mercure de l’État, ce qui constitue une menace pour la santé, en particulier chez les fœtus et les jeunes enfants. La rivière Blind à proximité a fait l’objet d’un avis de consommation de poisson en raison des niveaux de mercure.

Lorsqu’elle était auparavant connue sous le nom de Noranda Alumina, il a été découvert qu’elle émettait sans le savoir du mercure dans l’air pendant des années sans permis. Le département d’État de la qualité de l’environnement a par la suite accordé à une entreprise une demande de permis lui permettant d’émettre jusqu’à 1 500 livres de mercure par an, mais l’a réduit de 20 % au fil du temps à 1 200 livres par an.







NON.envirojustice.062622

représentant Raul Grijalva, D-Arizona, a visité le couloir le long du fleuve Mississippi appelé “Cancer Alley” le 18 juin. Il fait pression sur une législation au Congrès pour répondre aux préoccupations des communautés concernant la pollution.



Le DEQ a cité l’impact économique de l’usine ainsi que son importance pour l’approvisionnement en alumine du pays – utilisée pour fabriquer l’aluminium – lors de l’octroi du permis. Atlantic n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Plus loin sur la route, il y avait aussi des élévateurs à grains, une raffinerie et, plus particulièrement, l’usine Denka Performance Elastomer.

Basée au Japon, Denka produit du chloroprène, qui est utilisé pour fabriquer du caoutchouc synthétique néoprène et classé comme susceptible de provoquer le cancer. Des niveaux élevés de celui-ci ont été trouvés à LaPlace. Une surveillance de la qualité de l’air a été mise en place autour du site, y compris à la Fifth Ward Elementary School à Reserve, située à proximité.

Restez à jour sur les dernières nouvelles sur la côte de la Louisiane et l’environnement. Inscrivez-vous aujourd’hui.

Auparavant détenue par DuPont, c’est la seule usine du pays qui émet du chloroprène.

En avril, l’EPA a déclaré qu’elle enquêtait sur le DEQ de l’État et le ministère de la Santé pour savoir s’ils avaient fait preuve de discrimination à l’encontre des résidents noirs en autorisant les décisions liées à Denka et à deux autres installations prévues.

Denka, qui a acheté l’installation en 2015, a déclaré avoir “développé et investi plus de 35 millions de dollars dans un programme volontaire de réduction des émissions qui a réduit ses émissions de chloroprène de plus de 85 % par rapport aux émissions de 2014”.

“En outre, DPE surveille volontairement les concentrations de chloroprène autour de son installation et dans la région depuis 2016 et fournit publiquement des données sur les concentrations ambiantes, qui ont montré une réduction significative du porte-parole”, a déclaré Jim Harris.

Les militants ont cherché pendant des années à attirer davantage l’attention sur ces plantes et leurs effets sur les communautés voisines. Ils disent que leurs préoccupations ont trouvé un public plus réceptif dans l’EPA de Regan.

“Cela me semble vraiment être un premier niveau d’attention”, a déclaré Kimberly Terrell, chercheuse scientifique et directrice de l’engagement communautaire à la Tulane Environmental Law Clinic.

“La grande question est : est-ce que cela se traduit par des actions, et puis j’ajouterais également, ces actions réduisent-elles directement l’exposition de la communauté ?”

Terrell était co-auteur d’une étude évaluée par des pairs publiée en janvier établissant un lien entre les taux de cancer et la pollution atmosphérique cancérigène dans les communautés pauvres de Louisiane. L’étude comprenait une série de facteurs et a déclaré qu’elle contrôlait les taux de tabagisme et d’obésité au niveau de la paroisse.

La Louisiana Chemical Association a contesté les conclusions, arguant que des facteurs tels qu’une mauvaise nutrition et un manque de soins préventifs dans les communautés pauvres sont à blâmer. L’association n’a pas répondu à une demande de commentaire.

‘Faire la bonne chose’

Les éléments clés du projet de loi que Grijalva promouvait incluent l’exigence que l’impact cumulatif de la pollution provenant de sources multiples soit pris en compte dans les décisions d’autorisation, ainsi que le renforcement de la capacité des communautés à demander réparation.

Des organisations de défense telles que Earthjustice soutiennent la législation, tant pour son contenu que pour la manière dont elle a été rédigée. La tournée de Grijalva faisait partie de plusieurs voyages qu’il effectue pour recueillir les commentaires locaux.

Mais alors que Raul Garcia d’Earthjustice a salué la nouvelle attention portée à la question, il a déclaré que l’administration Biden pourrait prendre des mesures qui ne nécessitent pas l’approbation du Congrès, telles que l’abaissement des normes pour l’ozone et les particules ou de nouvelles réglementations sur les cendres de charbon.

“Cela attire certainement plus l’attention”, a déclaré Garcia. “Mais je pense que les résultats ne sont pas encore là où ils sont censés être.”

L’Association nationale des fabricants n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Quant à Regan, il n’a pas mâché ses mots lors de sa visite en Louisiane l’année dernière. Au cours de sa visite de Mossville, une communauté noire en voie de disparition près du lac Charles entourée d’usines industrielles, il a parlé près de la clôture du produit chimique Sasol après avoir vu une unité de surveillance de l’air que les résidents ont déclarée inadéquate.

“Je peux vous dire, étant sur le terrain ici, le voyant par moi-même, parlant avec les membres de la communauté, c’est tout simplement surprenant que nous soyons arrivés à ce point”, a déclaré Regan. “Et la question est vraiment à ce stade, pour nous tous en tant que fonctionnaires fédéraux, étatiques et locaux: qu’allons-nous faire pour aller de l’avant?”

Les achats effectués via des liens sur notre site peuvent nous rapporter une commission d’affiliation

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.