‘événement explore comment le commerce multilatéral peut relever les défis environnementaux | Nouvelles | Centre de connaissances sur les ODD

Par Kensington Speer, Stagiaire, CUTS International Genève

Une table ronde, convoquée par l’Institut international du développement durable (IISD) et ses partenaires, a débattu du rôle du commerce et du système commercial multilatéral (SCM) dans l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. La séance s’est déroulée pendant le Carrefour du commerce et de la durabilité de l’IIDD, organisé parallèlement à la douzième Conférence ministérielle (MC12) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

L’événement comportait deux parties. Alice Tipping, responsable du commerce durable, IISD, a animé la première partie de la session. Les orateurs ont présenté les progrès accomplis dans la lutte contre le changement climatique dans le SCM grâce à diverses initiatives de l’OMC.

Mary Ng, ministre du Commerce international, de la Promotion des exportations, des Petites entreprises et du Développement économique du Canada, a parlé des travaux des Discussions structurées sur le commerce et la durabilité environnementale (TESSD), y compris ses groupes de travail informels sur les biens et services environnementaux (BSE), le commerce les mesures climatiques connexes, l’économie circulaire et les subventions préjudiciables à l’environnement. Elle a souligné l’objectif de l’initiative de créer des politiques commerciales internationales pour faciliter la “transition vers une efficacité des ressources et une économie circulaire neutres pour le climat, tout en atteignant les ODD”. Ng a noté que TESSD s’engagera dans un bilan de haut niveau à la fin de 2022.

Wendy Matthews, Ministère des affaires étrangères et du commerce de la Nouvelle-Zélande, a parlé de la réforme des subventions aux combustibles fossiles (FFSR) à l’OMC. Elle a expliqué comment les subventions aux combustibles fossiles faussent les décisions en matière de commerce et d’investissement et rendent plus difficile la concurrence des énergies renouvelables sur le marché de l’énergie. Les progrès récents vers une telle réforme, a-t-elle déclaré, comprennent l’augmentation du nombre de membres et du coparrainage du FFSR à l’OMC, la reconnaissance de la nécessité du FFSR à la Conférence de Glasgow sur le changement climatique et l’abandon de l’utilisation des combustibles fossiles par de nombreux pays d’Asie-Pacifique. . Matthews espère que des politiques FFSR plus concrètes seront créées avant la MC13.

Daniel Legarda, Vice-Ministre du commerce international de l’Équateur, a parlé du Dialogue informel de l’OMC sur la pollution par les plastiques et le commerce des plastiques écologiquement durable (IDP). Legarda a exhorté l’OMC à lutter contre la pollution plastique, soulignant la récente résolution de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (UNEA) qui a lancé le processus vers un instrument international juridiquement contraignant sur les plastiques. Il a noté que les groupes de travail IDP se réuniront en juillet 2022 pour engager des discussions plus structurées sur les polluants plastiques.

Aik Hoe Lim, Directeur de la Division du commerce et de l’environnement de l’OMC, a souligné que l’accord fondateur de l’OMC « consacre » le lien entre le commerce et l’environnement. Il a déclaré que le Comité du commerce et de l’environnement (CTE) de l’OMC agissait comme un “incubateur de nouvelles orientations sur l’économie circulaire, la pollution plastique et le changement climatique”, y compris la proposition initiale pour les négociations en cours sur les subventions à la pêche de la CM12.

Ieva Baršauskaitė, conseillère principale en politiques, IIDD, a animé la deuxième partie de la session. Les panélistes ont discuté de la manière dont les initiatives commerciales multilatérales protègent la biodiversité, aident à freiner la surpêche, permettent l’adaptation au changement climatique, facilitent la décarbonisation des industries et le reboisement, et soutiennent la réduction de la pollution plastique.

Beatriz Fernandez, responsable associée de la gestion des programmes, Environnement et commerce, Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a expliqué comment le commerce peut jouer un rôle dans la protection de la biodiversité mondiale. Elle a énuméré la suppression des subventions, la prévention du commerce préjudiciable à la biodiversité et la lutte contre la déforestation comme des moyens par lesquels l’OMC peut aider à préserver la biodiversité par le biais de mesures commerciales.

Isabel Jarrett, directrice de The Pew Charitable Trusts, a déclaré que les négociations de la MC12 sur la pêche offraient une “occasion historique de montrer que le commerce multilatéral peut produire des résultats écologiquement durables”. Elle a souligné la nécessité d’un accord contraignant qui pourrait servir de “modèle pour les accords futurs et la réforme de l’OMC”, et a plaidé pour une réflexion créative et des stratégies de négociation sur cette question.

Prerna Prabhakar, associée de programme, Conseil de l’énergie, de l’environnement et de l’eau (CEEW), a décrit trois caractéristiques du lien entre le commerce et l’environnement :

  • L’effet d’échelle : les exportations entraînent une augmentation des émissions ;
  • L’effet de composition : le commerce des biens et services environnementaux (BSE) profite à l’environnement ; et
  • L’effet technique : les partenaires commerciaux échangent des technologies respectueuses de l’environnement.

Prabhakar a plaidé pour l’harmonisation de la classification des produits EGS, la réduction des tarifs EGS, l’échange de technologies de renforcement des capacités et l’investissement dans une main-d’œuvre qualifiée dans le domaine de l’environnement.

Jan Yves Remy, directeur du Centre Shridath Ramphal de l’Université des Indes occidentales, a souligné que les petits États insulaires en développement (PEID) – parmi les pays les plus touchés par le changement climatique – méritaient d’avoir une voix centrale dans l’élaboration d’une politique commerciale environnementale. Remy a énuméré cinq façons d’atteindre cet objectif : 1) identifier les liens entre le commerce et l’environnement dans les PEID ; 2) harmoniser les agendas des organisations internationales sur le changement climatique ; 3) coordination entre les programmes de travail de l’OMC; 4) maintenir le changement climatique comme sujet d’intérêt distinct à l’OMC; et 5) l’OMC reconnaissant les PEID comme un « groupe de négociation distinct ».

Pierre Leturcq, analyste principal des politiques, Institute for European Environmental Policy (IEEP), a souligné que l’ajustement carbone aux frontières (ACB) était une politique d’atténuation légitime dans le cadre de l’Accord de Paris sur le changement climatique, et a plaidé pour son adoption au niveau multilatéral. Il a reconnu que les ACB de l’UE sont actuellement “sous-optimaux”, avec le potentiel d’être “chaotiques et non coordonnés”, conduisent au développement d’accords bilatéraux exclusifs et entraînent des coûts d’adaptation inutiles pour les pays.

Carolyn Deere Birkbeck, directrice du Forum sur le commerce, l’environnement et les ODD (TESS), a expliqué comment les mesures commerciales de l’OMC peuvent prévenir la pollution plastique. Elle a déclaré que le commerce des déchets plastiques se dirige souvent vers des pays dont la gestion des déchets est inadéquate, et a indiqué que les membres de l’OMC ont fait des progrès sur cette question grâce à l’IDP, qui s’efforce de créer des “résultats concrets et pragmatiques” sur la réduction de la pollution plastique. Elle a en outre souligné que les politiques d’économie circulaire, les restrictions à l’importation et l’interdiction des plastiques nocifs, l’harmonisation des politiques internationales et le renforcement des amendements sur les déchets plastiques de la Convention de Bâle peuvent prévenir la pollution plastique.

L’IIDD a organisé la table ronde du 14 juin 2022 en partenariat avec TESS, le PNUE, The Pew Charitable Trusts, le Shridath Ramphal Center de l’Université des Antilles, l’IEEP et le CEEW.

La MC12 s’est réunie à Genève, en Suisse, du 12 au 15 juin 2022. [IISD Trade and Sustainability Hub] [IISD Knowledge Hub Sources]

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.