Premiers pas pour alimenter Tube à 100% d’énergie renouvelable confirmés par le maire de Londres

Sadiq Khan, maire de Londres, a révélé que le réseau de métro sera alimenté par de l’électricité de source renouvelable via le nouvel appel d’offres Power Purchase Agreement

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a annoncé la nouvelle respectueuse de l’environnement le lundi 27 juin, qui a également marqué le début de la London Climate Action Week.

Le maire a révélé que Transport for London (TfL) avait lancé un appel d’offres pour un accord d’achat d’électricité qui soutiendra les objectifs d’utiliser 100 % d’électricité de source renouvelable pour toutes les opérations dès 2030 et de générer des investissements dans les infrastructures renouvelables. Le premier appel d’offres espère voir l’achat d’environ 10% des besoins en électricité de TfL à partir de sources d’énergie renouvelables et de nouveaux actifs de construction.

TfL est l’un des plus grands utilisateurs d’électricité au Royaume-Uni et a besoin d’environ 1,6 TWh par an, ce qui peut être comparé à la quantité d’électricité utilisée par environ 420 000 foyers ou 12 % des foyers à Londres. L’appel d’offres garantira que l’électricité fournie aux opérations de Tube et TfL proviendra de sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie éolienne ou solaire. L’énorme demande que TfL créera pour l’électricité de source renouvelable entraînera une augmentation de la demande de nouveaux parcs solaires et éoliens et soutiendra la création de nouveaux emplois verts et, par conséquent, l’économie.

Sadiq Khan a également révélé que Londres avait signé le traité de non-prolifération des combustibles fossiles, un plan mondial visant à éliminer progressivement la production de combustibles fossiles et à faire avancer une transition juste et équitable vers une énergie propre. Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a révélé que le charbon, le pétrole et le gaz sont responsables de 86 % des émissions de CO2 au cours des 10 dernières années. Le monde devrait produire plus du double de charbon, de pétrole et de gaz d’ici 2030.

Alors que la COP27 approche plus tard cette année, Londres ouvre la voie en étant la plus grande ville du monde à signer le Traité de non-prolifération des combustibles fossiles. Le maire s’efforce également de s’éloigner des sociétés de combustibles fossiles, par exemple en travaillant avec la London Pensions Fund Authority (LPFA) pour se départir de toutes les sociétés de combustibles fossiles extractifs de leur portefeuille d’actions cotées, et en coprésidant avec le maire de New York le Réseau de désinvestissement/investissement C40, qui compte désormais 18 villes C40 signataires de fonds de pension d’une valeur de plus de 400 milliards de dollars engagés dans le désinvestissement.

Le maire de Londres et président de C40 Cities, Sadiq Khan, a déclaré : « Lorsqu’il s’agit de lutter contre la pollution de l’air et l’urgence climatique, je suis déterminé à faire en sorte que Londres continue de prendre des mesures audacieuses. Alors que de nombreux gouvernements nationaux à travers le monde tergiversent, les villes ont la responsabilité d’agir et de montrer ce qui est possible. Nous sommes les exécutants, pas les retardataires.

“La principale cause de l’urgence climatique est les combustibles fossiles, j’appelle donc les villes du monde entier à suivre l’exemple de Londres et à s’engager à éliminer progressivement leur utilisation.

“Le coût de l’inaction pour nos moyens de subsistance, l’environnement et la santé des Londoniens est bien supérieur au coût de la transition vers le net zéro – et nous n’avons tout simplement pas de temps à perdre. Cette première étape pour alimenter le réseau Tube et les opérations plus larges de TfL avec une électricité de source 100% renouvelable est un autre élément crucial de la réduction des émissions de carbone et de la construction d’un Londres meilleur et plus vert pour tous.

Lilli Matson, responsable de la sécurité, de la santé et de l’environnement chez TfL, a déclaré : « En tant que l’un des plus grands consommateurs d’électricité au Royaume-Uni, nous nous engageons absolument à faire tout ce que nous pouvons pour décarboner Londres grâce à une énergie propre et renouvelable. TfL est déjà un leader mondial dans de nombreuses initiatives environnementales, et nous sommes heureux d’avoir maintenant commencé l’approvisionnement de notre premier contrat d’achat d’électricité, qui constitue la prochaine étape majeure dans notre quête pour que tous nos services soient alimentés par de l’électricité renouvelable d’ici 2030.

« Une fois en place, environ 10 % de l’électricité dont nous avons besoin proviendra de sources d’énergie renouvelables, fournies par de « nouveaux actifs ». Ceux-ci soutiendront l’économie britannique au sens large en créant des emplois verts dans la construction et l’exploitation.

Tzeporah Berman, présidente du Traité sur la non-prolifération des combustibles fossiles : « En approuvant le Traité sur la non-prolifération des combustibles fossiles, Londres incarne le type de leadership que le gouvernement national doit suivre pour devenir un véritable leader climatique. L’élimination progressive du charbon, du pétrole et du gaz et l’investissement dans les énergies renouvelables permettraient au Royaume-Uni de s’attaquer à la fois à la source de la crise climatique et à la hausse des prix de l’énergie qui met des milliers de vies en danger. Le soutien de Londres au traité, qui complète celui de sept autres villes du pays, ne peut qu’inciter le gouvernement à cesser d’étendre les projets pétroliers et gaziers et à ouvrir la voie à un avenir basé sur les énergies renouvelables, la sécurité et la santé pour tous.

Leave a Comment

Your email address will not be published.