Rendez votre environnement de travail plus sûr en cas d’échec

Opinions exprimées par Entrepreneur les contributeurs sont les leurs.

La plupart des startups – la plupart des entreprises, en fait – échouent. Bien que la théorie populaire des 90 % ait été démystifiée, la réalité n’est pas si éloignée : plus de la moitié des petites entreprises échouent au cours des cinq premières années, les deux tiers au cours des 10 premières. Bien que l’expérience et le financement puissent aider à réduire le risque, ils ne Je ne mets les idées de personne à l’abri.

Les plus grandes entreprises, dont Google Plus de Google, Google Glass, Project Loon, Facebook Credits, Amazon Fire Phone, Netflix Qwikster et Apple Nudon, ont toutes commis des erreurs majeures. Dans certains cas, ces erreurs ont ouvert la voie à des technologies étonnantes que les efforts antérieurs cherchaient à aborder trop tôt. Nous accordons seulement moins d’attention à leurs échecs, car ces entreprises ont appris à créer des approches “fail-safe” – des méthodes qui leur permettent de prendre les échecs et de les utiliser pour se développer.

Un environnement “fail-safe” n’est pas à l’abri d’une défaillance. Il l’encourage. Cela ne se fait pas en balayant les catastrophes sous le tapis. Cela ne se fait pas non plus en minimisant ou en minimisant les échecs avec des rationalisations. Cela se fait en créant un système qui permet à votre équipe d’essayer, de faire des erreurs, d’apprendre, d’itérer et de répéter ce processus jusqu’à ce qu’elle réussisse. Les entreprises qui ont adopté une approche plus sûre parviennent à créer et à perfectionner des méthodes qui leur permettent d’innover et de s’améliorer. De nouvelles portes vers le succès s’ouvrent lorsque les organisations reconsidèrent et affinent la façon dont elles essaient, échouent, apprennent et répètent.

En relation: Pourquoi l’échec est nécessaire pour réussir en tant qu’entrepreneur

Beaucoup de gens ne réalisent pas que le succès qu’ils voient des autres autour d’eux n’est vraiment que la pointe d’un iceberg rempli d’échecs. Cependant, il existe des moyens de créer un environnement à sécurité intégrée :

1. Renforcez la transparence

La transparence et l’alignement au sein de l’organisation sont essentiels. La transparence ne se limite pas à garantir l’accessibilité des données – je ne peux pas compter le nombre de fois où j’ai supposé que j’avais entièrement équipé mon équipe pour une prise de décision solide après avoir installé quelques tableaux de bord. Au mieux de sa transparence pratique, il consiste à rendre les données compréhensible. Dans ma propre entreprise, nous fournissons non seulement un tableau de bord pour chaque point de données de l’organisation, mais nous planifions également des réunions tactiques hebdomadaires et des synchronisations mensuelles de startlogic pour nous assurer que toute l’équipe comprend non seulement le Pourquoi derrière des objectifs précis mais aussi comment Leurs tâches quotidiennes sont intrinsèques à la situation dans son ensemble. Cela leur fournit les outils nécessaires pour prendre des risques calculés si nécessaire et les arme avec suffisamment d’informations pour prendre les bonnes décisions lorsque les choses tournent mal. Surtout, cela renforce la confiance face à l’échec.

Prendre des risques calculés est essentiel. Nous devons comprendre l’importance de ce que nous essayons de résoudre dans un contexte plus large, ainsi que les implications de tout retard. Cela modifie notre appétit pour les risques et, par conséquent, peut modifier notre stratégie pour résoudre un problème spécifique. La création d’une entreprise offre une vue d’ensemble à toutes les personnes concernées ; Au fur et à mesure que les entreprises se développent, elles ont tendance à décomposer les tâches et à cloisonner le travail, ce qui se traduit par des structures dans lesquelles les individus peuvent connaître leurs lignes d’arrivée personnelles et peuvent même comprendre les objectifs mondiaux de l’entreprise, mais ne parviennent pas à relier les deux.

Si je suis chargé de construire un pont mais que je ne sais pas ce qui pourrait se déplacer dessus ou en dessous, je ne saurai pas la meilleure façon de pivoter lorsque j’aurai des retards. Si je ne sais pas qui est destiné à traverser le pont et à quel type de temps il doit résister, je ne comprendrai pas les implications si le pont ne parvient pas à atteindre ces objectifs. Je peux échouer dans la conception ou le calendrier du projet, mais je ne peux pas choisir le domaine dans lequel mon organisation peut supporter ce type d’échec, car je ne comprends pas la situation dans son ensemble.

2. Prévoit l’autonomie et incite à internaliser les sphères de contrôle

Un monde de données ne m’aidera pas à faire le bon choix si je crois que le résultat est hors de mes mains. De nombreux problèmes sont vraiment hors de votre contrôle, mais croire que le résultat ne peut pas être changé vous rend moins efficace dans la prise de décision. Lorsque l’on a l’agence et le contrôle, on peut commencer à visualiser le résultat qu’on recherche plutôt que de se sentir impuissant. Plus important encore, vous diminuez vos chances de transformer un échec absolu en coups de génie soudains, simplement parce qu’on vous a donné la confiance nécessaire pour « essayer ».

Il existe deux types d’externalisation du contrôle : pratique et psychologique. Le premier est le plus facile à résoudre : Offrir de l’autonomie. Assurez-vous qu’une équipe chargée d’un objectif spécifique contrôle l’ensemble des actifs nécessaires pour atteindre cet objectif. Nous y répondons en créant des groupes appelés « marques », chacun composé d’ingénieurs, de concepteurs, de personnel produit, d’analystes et de professionnels du marketing. Chacune fonctionne comme une mini-entreprise avec un objectif spécifique fixé d’en haut mais avec une autonomie totale pour concevoir des stratégies pour atteindre cet objectif. Leur sphère de contrôle est plus grande et ils sont moins susceptibles de rencontrer des problèmes causés par la dépendance à l’égard de ressources externes.

En relation: 10 leçons sur l’échec que chaque entrepreneur doit savoir

3. Accroître la responsabilité

L’autre type d’externalisation du contrôle est un peu plus complexe, car il est de nature psychologique. Vous rencontrerez toujours des risques externes : changements géopolitiques, concurrence, virus de l’estomac, etc. Plus le défi est grand, plus il est difficile de rester optimiste face à ces dangers épiques. Il est préférable d’élaborer des processus qui renforcent la responsabilité d’un individu au fil du temps, de sorte que les premiers échecs soient plus susceptibles d’être mineurs. Nous ne mettrions pas un élève conducteur dans une muscle car pour la première leçon – il est plus logique de le faire démarrer dans une junker fiable et de lui accorder une autonomie croissante à mesure qu’il fait preuve de plus de discipline et de compétence.

4. Rendre l’échec socialement acceptable

Personne avec la peau dans le jeu ne se sent jamais vraiment “à l’abri” de l’échec, mais une compréhension claire de l’échec en tant qu’élément crucial du succès atténue la brûlure. Dans notre entreprise, tout le monde reconnaît l’échec, ce qui intègre un fil conducteur dans notre travail, même lorsqu’il ne se passe pas bien.

Lorsque quelque chose ne va pas, réprimander la personne responsable peut sembler être la bonne décision, mais cela n’améliorera probablement pas ses performances. Ceux qui sont capables de se tenir responsables en premier reconnaîtront la gravité de leurs actes sans être réprimandés. Ceux qui nient la culpabilité recadreront la réprimande comme un déficit de votre personnage au lieu du leur. Lorsque les gens se sentent à l’aise d’avancer avec une erreur, nous avons le luxe de prendre le temps de comprendre quelleplutôt que qui, s’est mal passé. Vous pouvez changer les personnes qui prennent les décisions, mais vous gagnez beaucoup plus lorsque vous changez la façon dont les décisions sont prises.

Related: Pourquoi les entrepreneurs devraient viser à échouer – C’est vrai. Ils devraient le rechercher activement.

Considérez la confiance dans le but plus grand de l’échec et ce que cela signifie pour le succès. Au lieu de le considérer comme une perte, voyez l’échec à travers le prisme de la victoire ultime. Lorsque vous reconnaissez l’échec au lieu d’en détourner votre regard, vous commencez à le reconnaître comme un atout – l’échec s’accompagne presque toujours d’une opportunité de s’améliorer et de réussir.

L’échec n’est pas statistique. C’est binaire. Et vous êtes peut-être à un échec d’un énorme succès. Vous ne pouvez pas prédire où ni quand cela se produira, mais vous pouvez créer un environnement où échec après échec ne vous éloigne pas du résultat souhaité – au lieu de cela, cela vous rapproche simplement du succès que vous recherchez.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.