Un aperçu de la réglementation des énergies renouvelables en Azerbaïdjan | Morgane Lewis

L’Azerbaïdjan, un exportateur historique de pétrole et de gaz, est maintenant sur la voie du développement de ses ressources énergétiques renouvelables. Avec une réglementation incitative en place et un fort potentiel pour les énergies renouvelables,[1] L’Azerbaïdjan semble se concentrer sur l’augmentation de son attrait en tant que destination pour les investisseurs internationaux. L’Azerbaïdjan a annoncé un certain nombre de projets pilotes ambitieux dans le domaine des énergies renouvelables avec de grands investisseurs internationaux.

Cibles clés

Selon l’Azerbaïdjan Proposition de contribution déterminée au niveau national Soumis dans le cadre de l’Accord de Paris en 2017, l’Azerbaïdjan vise une réduction de 35 % d’ici 2030 du niveau des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990/année de référence en tant que contribution au changement climatique mondial. En 2021, lors de la COP26 à Glasgow, l’Azerbaïdjan a adopté un nouvel engagement de réduire ses émissions de 40 % d’ici 2050 en tant qu’engagement volontaire et de créer une zone « Net Zero Emission ».

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, le ministère de l’Énergie s’est fixé comme objectif d’augmenter la capacité installée d’énergies renouvelables à 30 % dans le bilan énergétique global du pays. Dans ce but, il est prévu de créer un total de 1 500 MW de nouvelles capacités de production, dont 440 MW en 2023, 460 MW en 2023-2025 et 600 MW en 2026-2030, au détriment des renouvelables.

PAYSAGE RÉGLEMENTAIRE

Déjà en 2004, l’Azerbaïdjan a adopté le programme d’État sur l’utilisation des sources d’énergie alternatives et renouvelables en Azerbaïdjan. Le programme prévoyait les mesures nécessaires pour améliorer le cadre réglementaire des énergies renouvelables. Cependant, alors que certaines dispositions réglementaires concernant les énergies renouvelables ont été en place au cours des 15 dernières années, il a fallu du temps pour que le cadre réglementaire requis sur les énergies renouvelables soit pleinement déployé.

Début 2021, le président azerbaïdjanais a renforcé la détermination du pays à développer les énergies renouvelables dans l’ordre « Azerbaïdjan 2030 : Priorités nationales pour le développement socio-économique ». Plus tard cette année-là, l’Azerbaïdjan a adopté la loi « sur l’utilisation des sources d’énergie renouvelables dans la production d’électricité », n° 10. 339-VIQ, du 31 mai 2021 (Loi sur les énergies renouvelables), qui a créé un cadre réglementaire pour les énergies renouvelables et établi mécanismes de soutien aux projets d’énergies renouvelables. Les principaux modèles réglementaires et incitations établis par la loi sur les énergies renouvelables suivent.

PRINCIPALES INCITATIONS RÉGLEMENTAIRES POUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

Les principales incitations réglementaires pour les énergies renouvelables, établies principalement par la loi sur les énergies renouvelables, comprennent un prélèvement garanti et sécurisé dans le cadre d’accords réglementés disponibles pour les investisseurs éligibles (c’est-à-dire les futurs producteurs d’électricité). La sélection des producteurs d’énergie renouvelable éligibles doit être effectuée par une vente aux enchères (au cours de laquelle un gagnant est déterminé sur la base du prix de production d’électricité le plus bas, sous réserve du respect d’autres exigences applicables) ou par le biais de négociations directes avec un investisseur potentiel ( à utiliser principalement pour des projets pilotes ou en cas d’échec d’une enchère).

La loi sur les énergies renouvelables prévoit également que les zones potentielles pour les projets d’énergies renouvelables et les informations les concernant doivent être reflétées dans un système d’information spécial, appelé « l’Atlas », qui doit être géré par l’autorité compétente.

La loi sur les énergies renouvelables déclare également que d’autres mesures de soutien doivent être développées, notamment la promotion de la recherche scientifique et le soutien aux consommateurs actifs d’énergies renouvelables.

La loi sur les énergies renouvelables soutient explicitement la création d’un climat d’investissement plus favorable dans le but d’attirer les investissements étrangers dans les sources d’énergie renouvelables pour la production d’électricité. En vertu de la loi sur les énergies renouvelables, un investisseur (gagnant de l’enchère ou investisseur choisi dans le cadre de négociations directes) devrait conclure un accord d’investissement avec le ministère de l’Énergie dans le cadre de l’ensemble des contrats de lancement d’un projet.

Outre l’accord d’investissement et les protections prévues par la loi sur les énergies renouvelables, la loi azerbaïdjanaise sur les investissements étrangers prévoit des garanties standard pour les investissements étrangers (c’est-à-dire une indemnisation adéquate et efficace en cas de réquisition ou de nationalisation, une protection de 10 ans contre une nouvelle législation qui se détériore, indemnisation des dommages). Les investissements étrangers sont également protégés par environ 50 traités bilatéraux d’investissement que l’Azerbaïdjan a ratifié.

[1] Selon le ministère de l’énergie de l’Azerbaïdjanle potentiel des énergies renouvelables est de 27 000 mégawatts (MW), dont 3 000 MW d’énergie éolienne, 23 000 MW d’énergie solaire, 380 MW de bioénergie et 520 MW d’énergie hydraulique des rivières de montagne.

[View source.]

Leave a Comment

Your email address will not be published.